La Fée Électricité, de Raoul Dufy (1953) – Lithographie. © C. Robin

On connaît Raoul Dufy (1877-1953) pour sa peinture moderne. On le connaît moins (voire pas du tout) sous sa facette de peintre décorateur. Le Palais Lumière d’Evian (Haute-Savoie) a donc souhaité mettre en lumière cette palette plus secrète de l’artiste. Un défi réussi avec l’exposition Raoul Dufy, le bonheur de vivre.

Un artiste prolifique

Dans cette exposition, les commissaires ont souhaité montrer la large palette artistique de Raoul Dufy (1877-1953). Mode, textile de décoration, céramique, arts de la scène, musique et ballet, poésie et littérature… Le parcours englobe tous les arts, des majeurs aux mineurs. Et dans ses œuvres décoratives, on retrouve sa peinture gaie, vive et colorée.

Le visiteur part ainsi à la découverte de celui qui souhaitait une « conception moderne de l’Art, de la Beauté et de la Joie ». A ce titre, il appartient au modernisme classique, un courant intermédiaire entre le classicisme et le modernisme.

Détail de la tapisserie « Le Bel été », de 1941-1942 – Tapisserie d’Aubusson © C. Robin

Désireux de se confronter à tous les arts, Raoul Dufy se trouve à côtoyer ou collaborer avec d’autres personnages influents du xxe siècle comme le couturier Paul Poiret, le céramiste Josep Llorens Artigas, l’auteur Jean Cocteau ou encore le peintre et créateur de tapisseries Jean Lurçat.

Une partie de la tapisserie « Le Bel été », de 1941-1942 © C. Robin

  • 200. Le nombre de pièces exposées : peintures, gouaches, aquarelles, dessins, gravures, céramiques, tapisseries, tissus imprimés, etc. L’ensemble tend à prouver qu’il fut l’un des artistes les plus complets de sa génération, n’ayant rien à envier à ses contemporains : Pablo Picasso (1881-1973), Marc Chagall (1887-1985) ou Fernand Léger (1881-1955).

 

 

 

  • Quels sont les thèmes de prédilection de Raoul Dufy ? (réponse duCommissaire de l’exposition, Olivier Le Bihan)

Nous ajouterons un petit bémol sur la scénographie de Frédéric Beauclair qui n’a rien d’exceptionnelle. En outre, les panneaux plantés au centre des deux salles principales suppriment tout recul permettant d’apprécier les œuvres à leur juste valeur.

Les courses, maquette d’un jardin de salon en céramique (1927). © C.Robin

Le tennis, vers 1918. Gouache sur graphite et papier vélin. © C.Robin.


  • Raoul Dufy, le bonheur de vivre
  • Jusqu’au 5 juin, au Palais Lumière
  • Quai Albert Besson, 74500 Evian (Haute-Savoie) – Tél. 04 50 83 15 90 –
  • Ouvert tous les jours, de 10h à 19h – le lundi, à partir de 14h.
  • Plein tarif (10 €) – Tarif réduit à 8 € (10-16 ans, étudiants, chômeurs, familles nombreuses, personnes handicapées).