Les Guerres d’Albert Einstein, voilà un titre qui suscite la curiosité. Surtout lorsque l’on s’attarde sur son auteur, François de Closets, l’incontournable journaliste scientifique du paysage audiovisuel français. Pourquoi cette incursion dans le 9e art ? De quelles guerres parle-t-il ? Sont-elles physiques? métaphysiques ? humaines ? Toutes ces questions nécessitaient bien une plongée dans les deux tomes de cette bande dessinée… dont on en ressort, sans aucun doute et relativité, bien plus instruit.


Albert Einstein… Que d’encre n’a-t-il pas fait couler ? Que de livres ne lui ont-ils pas été consacrés ? Combien l’ont admiré et l’admirent encore ? Combien le considère comme un pacifiste convaincu et combatif ? Alors quelle surprise de lui découvrir une autre facette à travers les deux tomes Les Guerres d’Albert Einstein.

Einstein : pacifiste ?

Dans le premier opus, François de Closets et son coscénariste Éric Corbeyran relatent son amitié avec le chimiste allemand Fritz Haber, l’inventeur et l’orchestrateur des gaz asphyxiants de la Grande Guerre. “Fritz Haber est particulièrement proche d’Einstein, explique le journaliste et auteur de Ne dites pas à Dieu ce qu’il doit faire, biographie consacrée au théoricien de la relativité. Cette proximité ne semblait pas avoir intrigué plus que ça les nombreux biographes d’Einstein.” Un lien fondé sur une amitié d’hommes, de scientifiques, emprunte de respect et d’admiration.

© Hachette Comics – Robinson

Néanmoins, au fil des magnifiques planches d’Éric Chabert, le lecteur découvre qu’Albert prend certaines distances avec Fritz tandis que le conflit s’enlise. Et pourtant, dans le second tome, c’est Albert lui-même qui incitera le président Roosevelt à concevoir la bombe atomique, dès le début de la Seconde Guerre mondiale.

Un témoignage saisissant

Une histoire vraie, méconnue et brillamment illustrée sur deux hommes qui finissent par abandonner leur conviction pacifiste sur l’autel de la science.

Une science qui finit par leur échapper et devient une arme redoutable aux mains des militaires.

À lire:
Les Guerres d’Albert Einstein (2 tomes),
F. de Closets, E. Corbeyran, E. Chabbert,
Hachette Comics, 66 p., 14,95 €.

Une amitié sans failles ?

© Hachette Comics – Robinson