barbara, corbeau, nantes, film, amalric, balibar, cannes, festival

Barbara, un véritable Aigle noir

Barbara, le film de Mathieu Amalric en troublera plus d’un. En salle depuis le 6 septembre, cette biographie trouvera-t-elle son public ?

Que dire de ce film  Barbara Que l’on reste surpris, étonné, désorienté, interloqué, mais aussi séduit par le choix du réalisateur dans le traitement narratif.

L’écriture est à l’image de Barbara : étrange, trouble, attachante, intrigante, intéressante et passionnante.

barbara, corbeau, nantes, film, amalric, balibar, cannes, festival

Copyright Waiting For Cinéma 2017 – Roger Arpajou

De mises en abîme en mises en abîme, le réalisateur/comédien Mathieu Amalric devient le propre réalisateur du film dans le film. Et nous voilà pris dans le tourbillon de la vie. Où se situe la vérité ? Quelle est la part émotionnelle d’Amalric dans ce récit mêlant adroitement films d’archives et scènes cinématographiques ?

Pour faire bref

L’histoire débute sur un réalisateur qui, sur un plateau de tournage, met en scène son actrice dans le rôle de Barbara.

Dans ce troublant mélange de genre, il est difficile de faire la différence entre réalité, fantasme et imaginaire.

Bien malheureux celui qui ne connaîtrait pas parfaitement la vie de Barbara. Il ne pourra dans ce film se faire une idée exacte de son parcours.

Et que dire de ceux qui la connaissent très bien ? Ne seront-ils pas déçus ?

To be or not to be Barbara

Tous préféreraient certainement se plonger dans l’histoire de la grande chanteuse sans ces va-et-vient du film dans le film, ces instants de tournages où Barbara n’est plus Barbara mais la sublime actrice, Jeanne Balibar.

barbara, corbeau, nantes, film, amalric, balibar, cannes, festival

Copyright Waiting For Cinéma 2017 Roger Arpajou

Cette narration nous oblige à décrocher, à revenir au temps présent alors que l’on aimerait suivre la chanteuse, pénétrer son intimité, sans la lâcher.

Cependant, ce pari narratif est culotté, maîtrisé, bien abouti. Mathieu Amalric assume parfaitement son choix. Rien à redire de ce côté là. La lumière, les plans, les acteurs sont irréprochables.

Souhaitait-il vraiment nous embarquer dans la vie de Barbara ? Et que dire des producteurs ? Se seraient-ils engagés si le sujet principal n’était pas la formidable interprète de Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous ? Et n’aurait-il pas été préférable de réserver cette narration à un personnage imaginaire afin d’éviter toute forme de frustration ?

  • 67. L‘âge de Barbara (1930-1997) à son décès. Quant à l’origine de sa mort, plusieurs hypothèses perdurent : une intoxication mortelle provoquée par des champignons avariés, un plat décongelé et recongelé ou un excédent de médicaments.
  • Quelles sont vos impressions à la sortie du film ?
  • Stéphanie (30 ans) – C’est très ambigu comme sentiments. Ce film est vraiment intéressant. Mais en même temps, moi qui ne connaissait pas très bien la vie de Barbara, j’aurais souhaité rentrer dans son univers et ne plus en sortir. Cela dit, on se fait une bonne idée de ce qu’était le personnage. Donc c’est un film que je conseillerais car il est vraiment bien fait. Mais il ne faut pas s’attendre à comprendre parfaitement sa vie. Je dirais que c’est une tranche de vie, quelques facettes d’une femme unique.

  • Barbara (1h37)

  • De Mathieu Amalric
  • Avec Jeanne Balibar (Barbara), Mathieu Amalric, Vincent Peirani
  • Sortie 6 septembre 2017
barbara, corbeau, nantes, film, amalric, balibar, cannes, festival

Barbara en scène – Image
d’archives