Personnages dans un jardin (1920) © Cathy Robin

André Suréda (1872-1930) fut un versaillais, peintre amoureux de l’Orient…

Sa ville lui accorde actuellement une exposition au musée Lambinet, à quelques pas du château de Versailles (Yvelines).

L’établissement municipal est réputé pour détenir une collection riche d’œuvres picturales et graphiques du 18e siècle à nos jours.

L’exposition actuelle dédiée au peintre Orientaliste André Suréda (1872-1930) s’est constitué à partir de ce fonds qui lui réserve près de 600 dessins, photos et gouache.

André Suréda – dont le grand-père était ami de Francisco Goya (1746-1828) – mena des études aux Beaux-Arts et obtint une formation académique.

Il en tira cette conclusion :

« A la fin de mes études secondaires, délaissant l’école des Beaux-Arts, je partis répondant à l’appel de l’inspiration et de la lumière, pour des voyages en Italie et en Espagne. »

Vieux juifs, travail à la mine de plomb © Cathy Robin

Lettre manuscrite de 1926 écrite depuis Jérusalem © Cathy Robin

L’appel de l’exotisme…

Ses premières peintures de plein air portent l’inspiration de William Turner et des impressionnistes. Puis, sa sœur se maria et s’installa dans le pays d’origine de son époux, l’Algérie.

De fait, André Suréda lui rendit visite, tomba en pâmoison pour le Nord de l’Afrique et voyagea régulièrement en Algérie, mais aussi au Maroc et en Tunisie à Djerba. Sa vie fut composée d’aller-retours entre ces pays et Versailles où résidaient sa famille et sa femme.

Une réputation établie

Très tôt, il participa à la Société des aquarellistes, puis à celles de graveurs et des photographes.

Très actif dans de nombreux Salons d’expositions parisiens, il eut la chance d’être reconnu et de vivre de son art. Ses peintures sont toujours présentes dans de nombreuses Institutions publiques et privées en France, mais aussi à Alger et à Oran en Algérie.

Autoportrait au fusain © Cathy Robin

Portrait de Madame Suréda mère, au fusain (vers 1920) © Cathy Robin

L’exposition André Suréda, peintre de l’Orient s’étend sur quatre salles thématiques : ses  premiers voyages (1890-1900) et l’impressionnisme, les peintres orientalistes et ses débuts balbutiants dans ce genre, ses paysages d’orient, puis ses représentations de communautés religieuses (juives, musulmanes, chrétiennes) en Afrique du Nord.

La centaine de pièces exposées offre une belle place aux dessins et portraits de femmes.

Cette exposition augure une saison d’expositions temporaires dédiée à cette thématique orientaliste.

La cathédrale de Marseille (1908), huile sur toile © Cathy Robin

A lire sur le sujet :

  1. Article du site de la ville de Versailles
  2. André Suréda : l’humanité retrouvée

  • André Suréda, peintre de l’Orient, jusqu’au 16 juillet 2017
  • Ouvert tous les jours, de 14h à 18h (fermé vendredi et jours fériés)
  • Musée Lambinet,54 boulevard de la Reine, 78000 Versailles.
  • tél. 01 30 97 28 75 –